Commencez à taper pour voir les produits que vous recherchez.
  • Boutique
  • Lis

Panier

proche
10 % DE VENTE SUR TOUS LES PRODUITS ! UTILISER LE CODE - SHOP2023
Menu
close
Commencez à taper pour voir les produits que vous recherchez.

Histoire de la bière

Histoire de la bière

La bière est l'une des plus anciennes boissons de l'humanité. Lorsque les céréales ont été cultivées pour la première fois pour l'alimentation, il y a des milliers d'années, un sous-produit heureux a été découvert. Lorsque ces céréales savoureuses étaient mouillées, elles fermentaient. Ce processus de fermentation avait la capacité pour transformer l'eau en une boisson très agréable au goût et ainsi la première bière avait été découverte.

De nos jours, nous savons pertinemment que cette transformation n'est pas de la magie noire mais est causée par la présence de levures sauvages dans l'air.

Bien que la Belgique soit, sans aucun doute, la capitale mondiale de la bière, la grande boisson n'a pas été inventée en Belgique.

Des tablettes d'argile indiquent que le brassage était une occupation très respectée dans ce qui est aujourd'hui l'Iran il y a plus de 7 000 ans, mais on pense que la bière était déjà connue des Sumériens et des Babyloniens quelque 3 000 ans auparavant. À l'époque, la plupart des brasseurs étaient même des femmes. Apprenez tout sur le brassage de la bière sur notre Processus de brassage page.


Les premiers jours

Le brasseur conçu au XVIe siècle

L'une des premières découvertes de l'industrie brassicole au début était que l'utilisation d'un récipient pour toutes vos fermentations produisait un résultat beaucoup plus fiable. La première bière d'orge chimiquement confirmée date d'entre 3500 et 3100 avant JC et a été découvert à Godin Tepe dans les montagnes centrales du Zagros en Iran.

Des tablettes découvertes en Syrie datant de 2500 av. J.-C. indiquent que la ville d'Elbe produisait une gamme de bières . Il était assez courant que les femmes brasseurs se doublent de prêtresses et certaines bières étaient spécialement brassées pour les cérémonies religieuses.

La bière était très importante dans l'Egypte ancienne et sa fabrication était strictement contrôlée ; la bière avait un rôle privilégié et servait d'offrande aux dieux. Il était également prescrit pour traiter diverses maladies.

Il existe des preuves historiques que les Égyptiens ont enseigné aux Grecs comment faire de la bière et elle était très populaire à la fois dans la Grèce antique et dans la Rome antique jusqu'à ce que le vin devienne la boisson préférée.

L'une des raisons de la popularité des boissons alcoolisées était la qualité incertaine de l'approvisionnement en eau. Bien que les gens ne comprenaient pas la science, il y avait une indication claire que l'eau potable augmentait la probabilité de contracter des maladies comme le choléra. Sophocle, écrivant en 450 av. J.-C., a déclaré qu'il croyait que le meilleur régime alimentaire pour les Grecs était le pain, la viande, les légumes et la bière, mais que la bière devait être bue avec modération.

L'historien de la Grèce antique Polybe décrit comment les Phéniciens fabriquaient du vin d'orge qu'ils conservaient dans de grands vases en argent et en or appelés «cratères».

Avec le temps, la bière s'est déplacée vers le nord et l'ouest à travers l'Europe et il y a 2 000 ans, le brassage était une industrie artisanale populaire en Belgique.

À peu près à la même époque, les Gaulois ont eu l'idée de remplacer les pots en poterie par des tonneaux en bois comme récipients de brassage et de stockage. Après la disparition de l'Empire romain, l'église a commencé à entrer dans le vide, devenant de grands propriétaires terriens, et à mesure que des monastères ont été établis, brasseries ont été installés dans chaque abbaye.


    Bière & Christianisme

    Histoire de la bière

    Cela peut être une surprise, mais l'avènement du christianisme a vu une augmentation considérable du brassage de la bière, en grande partie parce que les moines ont joué un tel rôle dans sa production. Les gens vivaient dans des communautés fermées, souvent avec un approvisionnement en eau très douteux, et il y avait un risque constant de maladies.

    L'exhortation séculaire de ne pas boire l'eau était en fait un conseil très judicieux, alors la bière était bue à la place et en très grande quantité. Les moines vivaient des vies assez frugales, en particulier pendant les périodes de jeûne, mais heureusement pour eux, la consommation de liquides ne rompait pas leur jeûne.

    Saint Benoît, qui a vécu de 480 à 547, est considéré comme le père du monachisme occidental. Ses règles bénédictines définissaient les normes de vie dans un monastère et étaient largement suivies dans toute l'Europe.

    Une règle était que les moines devaient fournir aux voyageurs quelque chose manger et boire.

    Ainsi, au Moyen Âge, les monastères deviennent partout des lieux de passage pour les voyageurs, qui partagent la nourriture souvent maigre des moines et notamment leurs bières robustes et nourrissantes. Dans certaines parties de Flandre occidentale un verre de bière est encore appelé « gloazen stutjes » (littéralement traduit par « un sandwich dans un verre »).

    La pratique a évolué et les moines ont finalement commencé à vendre la bière dans ce qui ressemblait plutôt à des pubs médiévaux - peut-être devriez-vous faire une petite prière la prochaine fois que vous dégusterez une bière dans votre bar local.

    En plus du brassage monastique de la bière, elle était également brassée à l'échelle nationale.

    Cela était particulièrement vrai en Grande-Bretagne après qu'Henri VIII se soit séparé de l'Église catholique et ait fermé la plupart des monastères du pays. Aujourd'hui, le brassage est plus une science qu'un art, mais cela n'a pas toujours été le cas. Depuis des siècles les brasseurs invoquent les noms de leurs saints patrons pour s'assurer que leur infusion était bonne. Souvent, la bière n'était pas à la hauteur de ces normes célestes et il fallait trouver un bouc émissaire.

    Parfois, il était imputé aux mauvais esprits et plus particulièrement aux «sorcières de la bière» ou aux «sorcières de la bière». Le dernier brûlage connu d'une sorcière à bière remonte à la fin des années 1500.

    Pour ajouter des félicitations à leur produit et créer une fidélité à la marque, les monastères utilisaient souvent le nom de leur saint patron respectif et même aujourd'hui, beaucoup de bières portent encore le nom d'un saint.

    Jusqu'au 10ème siècle, lorsque le Vatican est intervenu et a pris le contrôle du processus, un saint pouvait être presque n'importe qui. Certains d'entre eux étaient légendaires, tandis que d'autres étaient franchement fictifs.

    En conséquence, un grand nombre de saints chrétiens sont devenus les mécènes des brasseurs et des brasseurs.


      La révolution

      Histoire de la bière

      La méthode de base pour fabriquer de la bière consiste à faire bouillir de l'orge maltée avec de l'eau et à la laisser fermenter. Parfois, les levures naturelles trouvées flottant dans l'air faisaient le travail vital, mais généralement la levure était délibérément ajoutée pour faire avancer les choses. Le mélange résultant était généralement aromatisé avec des mélanges de diverses herbes.

      L'un des problèmes du brassage précoce était que la bière ne se conservait pas bien; il s'est vite gâté, il n'a donc pas pu être exporté ni même voyager d'une ville à l'autre. Cela pouvait être surmonté dans une certaine mesure en augmentant la teneur en alcool, mais cela coûtait cher.

      Dans le Au 9ème siècle, on a découvert que la bière pouvait être aromatisée avec du houblon, mais il était difficile de trouver la bonne recette et il a fallu attendre le 13ème siècle pour perfectionner complètement le processus.

      Une fois que les Allemands ont franchi cette barrière, ils ont découvert que la bière houblonnée durait plus longtemps, l'introduction de tailles de fûts standard a lancé le commerce d'exportation de la bière. Ces sauts technologiques signifiaient que la bière n'était plus une industrie artisanale à petite échelle. Jusqu'à 10 artisans qualifiés et spécialisés étaient nécessaires pour gérer une brasserie allemande. Au 14ème siècle, ce type d'opération s'était répandu à travers la Hollande et jusqu'en Flandre et dans le Brabant. A cette époque, le Brabant était sous contrôle allemand, de sorte que le utilisation du houblon était une exigence obligatoire dans le brassage de la bière pour s'assurer que la pureté était conforme à la norme requise.

      En 1516, le duc de Bavière, Guillaume IV, introduisit le Reinheitsgebot, ou loi de pureté. C'était peut-être la première réglementation alimentaire européenne et restreignait fortement les ingrédients de la bière à l'eau, à l'orge, au houblon et à rien d'autre.

      La levure n'a été ajoutée à la liste qu'en 1857 après que le français Louis Pasteur eut découvert la théorie des germes de la fermentation. Le Reinheitsgebot était une exigence légale pour les 471 prochaines années et a été ajouté au livre des lois allemandes après Unification allemande en 1871 .

      Il n'a finalement été abrogé qu'en 1987. Bien que le houblon devienne de plus en plus populaire et que les brasseurs allemands l'exigent. Il y avait en fait un certain degré de résistance à leur utilisation, en particulier parmi les groupes religieux. La tradition française utilisait des herbes comme la coriandre et la réglisse, des épices comme le gingembre et des fruits comme les cerises et les framboises pour aromatiser leurs breuvages.

      De nombreux brasseurs monastiques en Belgique poursuivi cette pratique car ils considéraient le houblon comme le « fruit du diable ».


        Les temps modernes

        Histoire de la bière

        La bière est arrivée en Europe vers 5000 av. À travers l'Europe du Nord, vous trouverez ce que l'on pourrait appeler la "Beer Belt" qui s'étend de l'Irlande à l'ouest, à travers le Royaume-Uni, La Belgique, les Pays-Bas, le nord de la France, l'Allemagne et la Tchécoslovaquie vers l'Europe de l'Est et la Russie.

        Un climat assez tempéré et des sols particulièrement propices à la culture des céréales, couplés à d'innombrables sources d'eau souterraine, en font une région idéale pour la production de bière.

        Le fait que ces sources d'eau minérale aient toutes un caractère et un goût distinctifs a conduit au développement d'une vaste gamme de bières différentes dans toute l'Europe. Par exemple, Dublin a une eau très dure et c'est particulièrement bon pour faire du stout, comme la Guinness.

        Pilsen en République tchèque a une eau très douce, idéale pour faire de la bière blonde, universellement connue sur le continent sous le nom de Pils . Les eaux de Burton on Trent en Angleterre sont riches en gypse, ce qui les rend idéales pour le brassage de la bière blonde. De plus, certaines régions sont particulièrement riches en levures sauvages nées dans l'air et celles-ci ont été utilisées depuis les temps les plus reculés pour produire des bières à partir de fermentation spontanée. La plus ancienne brasserie commerciale encore en activité se trouve à l'abbaye de Weihenstephan en Bavière, où les droits de brassage ont été accordés par la ville voisine de Freising en 1040.

        À la fin du Moyen Âge, la bière était devenue l'une des boissons européennes les plus courantes et elle était consommée quotidiennement par toutes les classes sociales du nord et de l'est de l'Europe où la culture de la vigne était difficile ou impossible.

        Une grande partie de la production de bière moderne est désormais dominée par une poignée de sociétés multinationales, mais dans les pays de la «Beer Belt», il existe encore plusieurs milliers de petits producteurs.

        En Belgique, les lourdes taxes sur le vin français ont donné une grande impulsion à la consommation de bière (aujourd'hui c'est dans l'autre sens ). En conséquence, il y a cent ans, il y avait plus de 3 000 fabricants de bière commerciale dans le pays.

        Les coûts d'installation étaient assez bas, mais le transport était cher, de sorte que de nombreux petits producteurs locaux ont prospéré comme toujours, exportant leurs bières dans le monde entier.

        Related Posts

        Icônes de la bière belge
        Icônes de la bière belge
        Comment démarrer une page sur les icônes de la bière belge ? D'abord et avant tout, en vous excus...
        Read More
        Musées de la bière belge
        Musées de la bière belge
        Lorsqu'il s'agit d'obtenir une formation sur la bière belge, il ne s'agit pas seulement d'emballe...
        Read More
        Boutiques de bières belges
        Boutiques de bières belges
        Combien y a-t-il de bières belges ? Parlons-nous de 1 500, 2 000… voire plus ? Mais qu'est-ce qu'...
        Read More

        Inscrivez-vous et connectez-vous avec Beer Tourism!

        Notre newsletter regorge d'actualités sur la bière et d'offres de marchandises !
        Inscrivez-vous ci-dessous pour bénéficier de 10 % de réduction sur votre première commande.

        Le coupon sera envoyé dans votre boîte de réception après l'inscription à la newsletter.
        Scroll To Top

        #title#

        #price#
        ×